__La législation du vélo électrique en FRANCE

__Un vélo électrique, comment ça marche ?

__Le vélo électrique, pour qui ?

__Les avantages des vélos électriques ISD

__La question du poids sur un V.A.E.

__Les idées reçues et ce que l'on entend souvent...

La législation du vélo électrique en FRANCE

Sous la dénomination commune "vélo électrique", il faut entendre "vélo à assistance électrique ou V.A.E.". Cela signifie en d'autres termes que l'assistance ne peut fonctionner sans apport d'énergie humaine (ce n'est pas une mobylette).

Ainsi, dès que vous actionnez le pédalier, le moteur électrique se met en route et vient soulager votre effort (de façon considérable sur nos modèles). C'est ce qu'on appelle le "démarrage à la pédale", obligatoire selon la législation Française. Le moteur ne doit se mettre en route que par l'action du pédalage.

Il existe plusieurs conditions pour qu'un vélo électrique soit classé dans la catégorie cycle et non cyclomoteur au regard législatif:

Arrêt du moteur dès que le cycliste arrête de pédaler,
Arrêt du moteur lorsque la vitesse atteint 25 km/h (le vélo pouvant rouler plus vite),
Moteur d'une puissance nominale maximale de 250 watts,
Pas de poignée d'accélération, d'interrupteur, de bouton ou autre dispositif qui permette au vélo d'avancer tout seul (Un réglage d'assistance (25%, 50% etc...) est cependant possible).

Extrait du document DRIRE - 1998

Tous les vélos électriques ISD répondent à cette norme et par conséquent ne nécessitent ni casque, ni assurance spécifique (sauf responsabilité civile, souvent incluse dans un contrat d'assurance habitation). Une assurance vol peut éventuellement être souscrite par le propriétaire.

 

Votre vélo est aux normes ? C'est bien mais il doit aussi être homologué !




Haut de page

ou lire la suite...